Focus

L’idée d’un SUV électrique était encore risible il y a quelques années : il s’agit d’une gamme de voitures à ce point lourdes qu’elles réduisaient à néant tout espoir d’en profiter avec une motorisation électrique. Mais maintenant que certains constructeurs ont franchi le pas, nous pouvons nous attendre à une véritable explosion des E-SUV dans les années à venir.

Ridicule

Les premières voitures électriques sont apparues sur le marché il y a quelques années, soit sous forme de petites citadines légères, soit de roadsters aérodynamiques dont la puissance au démarrage était maximisée par un moteur électrique. La version électrique de certains autres modèles a souvent été exclue, voire carrément moquée. Comme celle du Sports Utility Vehicle (SUV) électrique, par exemple : très lourd et donc trop exigeant en termes de batterie pour garantir une autonomie décente, pouvait-on lire à l’époque. Toutefois, en 2019, les premiers SUV électriques sont arrivés sur le marché et une dizaine de modèles similaires d’autres marques sont en développement.

Perte insignifiante

Cela est naturellement dû aux gigantesques et rapides développements des technologies liées aux voitures électriques. Des composants déterminants, comme le moteur, le groupe motopropulseur et la batterie ont été améliorés pour s’adapter à des modèles électriques plus lourds. « Il va sans dire qu’un SUV montre une consommation plus importante de dizaines de pourcents par rapport à une voiture électrique plus petite », déclare Gunter De Pooter, de l’entreprise de Leasing et d’expertise Vitaemobility. « Mais cela ne représente rien si l’on compare la consommation d’une voiture avec un moteur à combustion. »

Distance suffisante

L’autonomie de cette première génération de SUV électriques est également plus qu’encourageante. C’est le résultat de nouvelles avancées technologiques au niveau du moteur et de la batterie : un magnifique exemple est la Jaguar I-Pace. Le constructeur britannique a développé son premier SUV électrique de telle sorte que, non seulement, il possède deux moteurs, mais le poids de ceux-ci a également été réparti sur deux axes. L’aérodynamisme de la carrosserie a également été amélioré.

« Bien entendu, la résistance à l’air et le poids ont une influence sur l’autonomie de la batterie », déclare De Pooter. « Et naturellement, votre conduite aura un impact sur cette autonomie : si vous aimez mettre les gaz, vous devrez recharger la batterie plus souvent. Mais la distance moyenne que l’on peut parcourir aujourd’hui en SUV électrique avec une batterie totalement chargée oscille entre 300 et 500 kilomètres. C’est déjà très bien. Vous devez savoir que le réseau de bornes de recharge disponibles est en croissance constante. »

Modèle populaire

Un facteur non négligeable de cette évolution est avant tout la volonté du consommateur. Les SUV ont la cote : cela ressort d’enquêtes menées par FEBIAC, la Fédération Belge de l’Automobile. Trente-sept pourcents de tous les véhicules vendus annuellement sont des SUV. Cela en fait la catégorie la plus prisée du marché à l’heure actuelle. D’autre part, en 2018, 3.600 voitures électriques étaient vendues en Belgique – deux pourcents du marché – donc la véritable raison est encore plus évidente : il s’agit d’un nouveau marché prometteur, mais également inexploré.

« Peut-être que pour les constructeurs, le consommateur encore hésitant qui souhaite passer à un véhicule électrique franchira plus vite le cap si le SUV devient une possibilité », pense De Pooter. « Si vous cherchez de l’électrique, vous devrez également y mettre le prix. Et il est évident qu’avec ce prix, de nombreux consommateurs recherchent une voiture qui leur plaira. La révolution électrique a commencé avec les citadines, mais vous n’allez pas acheter une voiture électrique pour simplement faire le tour de l’église. L’arrivée des SUV électriques est un choix délibéré des marques pour donner un coup de pouce au secteur de la voiture électrique. »