Reportage

Aux États-Unis, on fabrique des produits ‘fantastiques’. Les Américains sont par exemple complètement dingues de leurs Sports Utility Vehicles (SUV) ou, comme BMW les appelle, leurs ‘Sports Activity Vehicles’. Mais d’où cette fascination vient-elle précisément ?

Le penchant pour les grosses voitures en tout genre est ancré dans la culture américaine. Pour mieux comprendre pourquoi les Américains aiment tellement leur pick-up trucks, SUV et SAV, il faut faire un petit retour dans l’histoire. Le germe du succès de ces véhicules fut en effet déjà planté au dix-neuvième siècle, lorsqu’il n’était même pas encore question de voitures pour particuliers. Tous les Américains ou presque vivaient à l’époque à la campagne, dans des fermes qui étaient très éloignées les unes des autres. Ces petites compagnies transportaient aussi bien des marchandises que des personnes dans des charrettes tirées par des chevaux. Un siècle plus tard, à partir de 1925, les premiers pick-up trucks firent leur apparition. Le pays s’était déjà un peu plus urbanisé, mais les habitants des milliers de villages ne pouvaient encore compter sur des routes faciles d’accès ou sur les transports en commun. L’économie était toujours fortement dépendante des ranches. Les véhicules multifonctionnels, également capables de rouler sur des routes de moins bonne qualité, étaient donc parfaits pour desservir les besoins quotidiens des Américains.

Road trip

Aujourd’hui, un Américain sur cent environ est encore agriculteur et les SUV n’ont depuis bien longtemps plus le caractère utilitaire de l’époque. Mais l’Américain aime toujours se déplacer en voiture à travers les vastes contrées de son pays. Effectuer de longs trajets est considéré comme tout à fait normal en Amérique du Nord. Le réseau routier affiche bien plus de longues lignes droites que de petites routes sinueuses comme c’est le cas en Europe. Parfait donc pour sillonner le pays tranquillement dans un confortable SUV ou SAV. L’Américain attend également que sa voiture soit adaptée à des conditions météorologiques et d’utilisation très diverses. C’est ce qui explique que la préférence soit accordée aux États-Unis à des pneus toute saison, tandis que les Européens optent plutôt pour des pneus été ou hiver. Un argument supplémentaire en faveur des SUV et SAV.

Le prix du carburant aussi – qui jusqu’à aujourd’hui est nettement inférieur aux States que chez nous – représente depuis quelques décennies un avantage non négligeable. Même si elle s’est réduite, il existe toujours une différence de consommation entre une voiture pour particuliers et un SUV. Mais avec un prix d’environ 3 dollars par gallon d’essence, l’Américain le ressent moins dans son porte-monnaie. Les études de marché le montrent d’ailleurs : lorsque les prix du carburant diminuent durant une longue période, la vente des SUV augmente. Le gouvernement américain y a également contribué par des exigences de consommation moins sévères pour les ‘camions légers’ que pour les voitures pour particuliers (la fameuse norme Corporate Average Fuel Economy des années septante).

Vu leur succès, personne ne sera surpris d’apprendre que de nombreux SUV sont construits aux États-Unis.

Bien entendu, de nombreux autres facteurs – et pas purement américains – jouent un rôle dans le succès des SUV. L’intérêt grandissant pour les sports de plein air, par exemple. Essayez toujours de mettre une planche de surf dans un hatchback compact. Bien sûr, l’installation plus fluide est aussi un atout, principalement auprès de la population vieillissante. Ou le plus grand sentiment de sécurité et la meilleure vue d’ensemble sur la route, qui permettent au conducteur d’expérimenter plus de sérénité. Bien qu’un SUV ou SAV reste également un symbole de prestige.

Port d’attache de BMW X

Vu leur succès, personne ne sera surpris d’apprendre qu’aux States, beaucoup de SUV et SAV sont construits. Un bel exemple de cet état de fait est BMW. Dans les années nonante, le constructeur allemand était à la recherche d’un lieu de production pour le marché américain. BMW l’a finalement bâti à Spartanburg, dans l’État de Caroline du Sud, au sud-est du pays. Dans un premier temps, la BMW Série 3 et la Z3 sortirent de la chaîne de production, mais aujourd’hui Spartanburg est devenu le quartier général de la majorité des modèles X de BMW.

La BMW X5 était en 1999 le tout premier Sports Activity Vehicle, l’interprétation sportive de BMW du concept SUV. Made in the USA, mais destiné au monde entier. S’ensuivit un succès de vente que même BMW n’avait vu arriver. Plus d’1,9 million de BMW X5 furent construites à Spartanburg. La génération actuelle de la X5 est sur le point d’être remplacée, mais elle afficha encore en 2017 (la dernière année complète de sa carrière) un record de production. La nouvelle BMW X5 sera lancée en novembre 2018.

Outre la X5, BMW produit aussi à Spartanburg la X3, plus compacte et les Sports Activity Coupés X4 et X6.

En mars 2018, la BMW X4 de première génération a fait place à la nouvelle X4. Les tout premiers modèles de préproduction de la future BMW X7 – le nouveau porte-drapeau de la gamme X – y ont déjà été assemblés. En bref, tous les modèles BMW X ont leur port d’attache à Spartanburg, mis à part les plus petites, X1 et X2.

Making America great ?

Pour l’économie américaine, l’usine BMW locale est d’ailleurs également très importante, et nous ne parlons alors pas uniquement des 10.000 membres du personnel. Environ 70 pourcent des voitures produites à Spartanburg sont exportées vers des clients en dehors des États-Unis. C’est ainsi que l’an dernier 272.346 des 371.284 modèles BMW X américains ont quitté le pays. Aucun autre constructeur automobile aux États-Unis ne génère un taux d’exportation aussi grand (8,76 milliards de dollars en 2017) pour la balance commerciale selon le Ministère du commerce.